Jeudi 2 mars 2017, au Centre pénitentiaire de Caen

Le 2 mars prochain, un évènement auquel vous êtes invité, auquel vous ne pourrez pas venir, parce que les portes seront fermées, parce que vous n’aurez pas d’autorisation d’accès, sauf quelques-uns, quelques-unes, qui auront charge de vous « représenter » en quelque sorte.

Ce sera au Centre pénitentiaire de Caen, ce sera une « restitution » du travail qu’on a réalisé à partir du projet « Variations de portraits, échanges de bons procédés » (lire le projet).

Un projet aussi « ouvert » que les autres, avec une densité particulière, due à la nature carcérale de son lieu, à la personnalité des participants, comme redoublée, intensifiée par l’enfermement.

Il importe d’ouvrir les prisons.

Bientôt des traces (c’est toujours long, avec la prison).