Pour le 8 mars 2022, 2

voilà – hier j’ai bafouillé quelques lignes pour le 8 mars 2022, pensant qu’aujourd’hui je n’aurais pas le temps et aujourd’hui, nuit encore, j’ai le temps, je peux prendre un temps

.

pour le mois prochain, peut-être, non une confession quoi qu’il y ait toujours un affect d’aveu lorsqu’on parle à cœur ouvert

et on se sent coupable de se sentir coupable mais on fait avec

le mois prochain j’essaierai de parler de cette vie d’homme avec toi et de ta charge mentale regardée depuis cet homme-là

regardée aussi depuis ce qu’il cherche depuis très longtemps

regardée aussi depuis ce que tu es depuis très longtemps et que forcément il ne sait pas et qu’assurément il aime, depuis le début, ce point très aveugle pour lui qui est précisément ce que tu es

.

la vie politique m’importe beaucoup mais je ne me résoudrai jamais à m’établir à partir des formes politiques existantes ni à partir de formes supposées plus alléchantes

je ne botte pas en touche, on abordera le moment voulu chaque sujet qui fâche, de la culture du viol à la charge mentale, du mariage pour tous à la parentalité dégenrée

.

le mois prochain je parlerai plus directement des privilèges auxquels je me suis accroché :

te laisser faire à manger le plus souvent, te laisser t’occuper des enfants le plus souvent

j’ai beaucoup participé mais c’était participer

je n’ai jamais jamais oublié l’heure d’école même lorsque j’étais horriblement happé par la grande métaphysique ou par des rendez-vous professionnels mais c’est croquignol quand on y pense

j’essaierai de parler de ça sans détour

.

.

des pensées féministes font étincelles pour dé-penser l’ordinaire pensée masculine

l’expérience trans active une singulière puissance à libérer tout le monde assigné dans son genre

on pourra égrener comme sur nos monuments aux morts les noms qui auront illustré notre changement de cap

.

illustrés : illustres d’avoir incarné, illustré notre changement de cap

mais nous n’oublierons pas non plus que tous nos monuments sont tartes, que toutes nos religions, religieuses ou laïques, de grâce ou de mérite, sont tartes, que toutes nos institutions, à un moment ou à un autre, sont tartes, etc., histoire de nous assurer qu’à aucun moment on ne puisse se reposer dans l’imposture bien-pensante

.

et nous n’oublierons pas que notre changement de cap est vraiment un changement de cap

notre boussole ? non pas un passé auquel il faudra revenir à tout prix

non pas une société sans classe ni genre pour le bonheur de tous, cet espèce de ready-made aidé par la techno-science

non

juste entrer en relation pour de bon sans rien qui parvienne à faire diversion, c’est-à-dire à produire de l’appât, du mirage pour nourrir, gaver l’avidité première du sujet avide d’autrui comme on l’est du chocolat

hier il y avait une formation de #noustoutes et c’était bien utile