Premiers jours de la déjà ordinaire 2019

jeudi 3 janvier 2019

Puiser dans l’exercice quotidien – l’univers du corps – contiguïté de l’intelligence musculaire et du langage – pensée. Moins penser en métaphore qu’en extension ou rétractation en une forme de « point commun », « ‘densité commune ».

Exemple ?

La marche, l’avancée continue du buste, le bassin, les jambes s’organisent pour glisser la pesanteur.

Le langage qui est en train de se chercher oscille, non,  utilise les deux pôles de la danse et de la pensée – du couple, du peuple, de l’astro-peuple…

Des moments de grandes improvisations, inspirations, extases même.

Une œuvre d’art patiemment travaillée est une forme d’extase – il faut juste ne pas s’emberlificoter dans la notion de travail.

S’exercer constamment – les moments de fête, de spectacle, de grande lecture, de réunions publiques… sont juste des moments de relance – l’idée de but, d’objectif, d’espace idéalisé du jugement, est juste une technique de relance, relance de l’exercice.

Il y a des formulations qui plus que d’autres rassemblent, raniment, mobilisent l’énergie.

Deux « réductions » :

  1. écrire-penser-articuler-poétiser (l’art du silence dans la parole et pas l’art des figures, ou bien les figures seraient cette manière de constamment tendre l’arc du langage à la force du silence)
  2. et chaque geste effectué dans l’existence quotidienne et dans n’importe quelle occasion publique chaque geste effectué en pensée chorégraphique – une pensée du mouvement qui non pas totalise une notion, une motion générale, mais qualifie constamment l’extrême continuité de la vie dans son flux d’univers.

Régresser est une merveilleuse prémisse de la pensée, s’arrêter, revenir en arrière : magnifique remise en cause du flux continu.

Et soudain, l’extrême continu se révèle et se renforce du discontinu de la pensée et de la mort.

Toute une pensée pratique renouvelée du binaire, du deux, du couple. Pas de pensée de pluralité sans remaniement intégral de l’Un, et ce remaniement a lieu, hors dialectique, dans l’exercice du deux, à deux… et multiple pair/impair (est-ce que ça existe le multiple pair-impair? le nombre pair-impair existe-t-il? non? Si j’étais mathématicien, ma trouvaille serait là: avec le nombre pair-impair et ses multiples. Phrase dada? non.

mercredi 2 janvier 2019

On se croirait à l’automne, les phrases, des phrases tombent, les unes après les autres et font tapis de silence.

Il faudra que je parle de S. et que je parle à S.

De même que je vais courir deux fois par semaine, et tâcher de laisser mon nez tranquille, la troisième résolution peut bien être de cultiver davantage la micro-résolution.

Au travail.