Tango du jour improvisé et autres pavés dans quelques mares

Fernand Deligny à l’époque de « La Grande Cordée », 1959. © Archives Josée Manenti        cf. Médiapart 19 décembre)

mercredi 20 décembre 2017

Au bout du compte c’est seul qu’a lieu la rédaction du texte, l’exercice

Sur la piste et Dans notre vie s’invitent chez la solitude d’ici

On peut dire aussi les choses comme ça et rassurer tous les allumés, les angoissés et tous les moralistes

de la solitude

 

La musique me conduit-elle tout le temps ?

Pas sûr. Une musique faite, parfaite, enregistrée identique et immobile peut devenir

Au détour d’une grâce passagère

L’élément qui me suit, qui suit la danse qui l’écoute.

 

L’intrusif. J’ai actionné le mode avion

Commun des mortels je sais seulement que

mon poste de travail est allégrement

investi, visité, interpelé

ma solitude est une illusion, l’illusion

par laquelle le marché s’exprime

se déploie avec le plus de vigueur, traquant

– mes goûts, mes actes, mes habitudes, mon profil, mes dadas, mon compte en banque, ma capacité élastique à me laisser entrainer, berner, séduire

Le viol change de main, change de terrain

Le sexe n’est plus le terrain de prédilection du viol

Le cerveau est préféré

Où sont les troupes de résistants juridiques ?

 

A l’époque où la conscience individuelle est sérieusement déconstruite – plus sérieusement que par les grands édifices de la modernité passée, du soupçon passé, de la déconstruction passée –, mise en question par le régime rhizomique de consciences instrumentales, instrumentées, le régime de la conscience dispersée

 

La question « suivre ou guider » prend un relief particulier

 

Je veux suivre

Je ne veux pas suivre

Je veux guider

Je ne veux pas guider

Je guide, je suis

Je ne guide pas, je ne suis pas

Tu veux que je te suive

Tu veux que je te guide

Je veux te guider, je veux te suivre

 

Solitude dans les champs de coton

Je me souviens

Le poème demande-t-il à me suivre, à me guider

Je me souviens de Koltès et de Chéreau

De Patrice Chéreau et de Pascal Gregory, l’alors jeune comédien

Je me souviens de l’époque hautement solitaire de la relation d’amour

De l’époque hautement amoureuse de la solitude

Je m’en souviens bien

 

Le violeur pervers persuade sa victime qu’elle se sacrifie pour la bonne cause

Il lui demande de consentir au viol

Les sociologues qui mettent leur credo dans l’intelligence, la conscience des acteurs sont aussi hypocrites que les anciens sociologues qui faisaient parler l’inconscient des agents – tous plus ventriloques les uns que les autres (Ça faisait peut-être plus joli spectacle que l’ennui ici des consciences consentantes ?)

 

Je te suis, tu me guides, je te guide, tu me suis

Jamais je ne me guide ? jamais je ne me suis ?

Mais si bien sûr ! développement personnel !

Economie, engendrement économique de la chorégraphie

Algorythmes de l’offre et de la demande

– demandes extra-utérines, offres extra-utérines, à jamais

Il n’y a pas, jamais eu, de demande authentique, pas d’offre authentique

 

L’économie et la sociologie sont condamnées à être des semblants de sciences

A être constructions de paille

Il ne peut y avoir de science de la valeur car il n’y a pas de valeur

 

Laissons-les répondre

 

Elles font comme si nous vivions vraiment dans un mirage de monde

La valeur c’est un mirage de monde

Valeur et individu sont les deux mamelles de ce mirage de monde

 

Laissons-les répondre

 

Ce ne sont pas des sentences, juste des hypothèses pour respirer

Faire enquête sur notre relation

« Notre relation » : entre toi et moi

Indice de relation entre même et autre, monde clos et monde ouvert, terre, étoile, univers et plurivers

 

Je n’oublie pas que le poème vient à une personne quelconque, peu équipée en savoir et en pouvoir

Et à une deuxième personne qui prendra elle-même le soin de définir sa quelconquitude

 

Si nous nous mettons au tango, les amis

C’est parce que péril en la demeure consonne avec modification de nos manières d’habiter

Et nos manières sont manières de danser, ici, à deux et en multiples de deux

Rien n’empêche la danse de possession de soi et de la masse

Ou l’extase répétitive de toute autre danse à deux

Rien n’empêche l’écriture solitaire d’une chorégraphie contemporaine

Mais ici, c’est l’expérience qui voit deux à la source de un

Qui suit ? qui guide ?

C’est un vrai labeur poétique que de chercher d’autres verbes

On finira peut-être par les trouver

Maître et disciple s’en porteront mieux

délivrés de la valeur de maître et de la valeur de disciple

itou homme et femme

 

Idéologie ou danse ?

Tango

Importé d’Argentine

Puis d’Europe

Puis de Globe

Puis encore d’Argentine

Puis de cette île encore inconnue

Qui loge tout au bout

de notre cœur-corps-exil