Accueil

FIVE EASY PIECES Milo Rau / IIPM / Centre d’Art Campo (Suisse / Belgique) au CDN Normandie, programmé par ART ET DECHIRURE

Un homme n’est pas seulement homme, pas seulement masculin, mais masculin il l’est aussi. Or masculin, qu’est-ce que c’…

Publié par Philippe Ripoll sur mercredi 1 novembre 2017

Actus

  • « Cabaret révolutionnaire » autour de Vladimir Maïakovski, en compagnie de Patrick Verschueren et deux autres comédien-ne-s le vendredi 20 octobre à 22h à la FACTORIE, Maison de poésie / Normandie, ILE DU ROI – 27100 Val-de-Reuil     

 Lire la présentation ci-dessous

  •  L’intégrale de l’Innommable, de Samuel Beckett en feuilleton tous les jeudis à 18h sur DUUU Radio, réécoutable à volonté.

Lire la présentation ci-dessous

 

  • Atelier d’écriture à l’ESPE (Université de Rouen) ouverts aux étudiants et enseignants de l’Université à partir d’octobre, les lundis de 16h30 à 19h

Lire la présentation ci-dessous

  • Atelier d’écriture, 3ème année, tous « niveaux »L’écriture comme expérience – Le désir de changer – par exemple changer d’écriture – Déconnexions-Reconnexions / Révolutions-Grandes Continuités D’octobre à avril, séance d’ouverture le 19 septembre de 19h30 à 22h.

Lire la présentation ci-dessous, et calendrier des séances

  • Séances-test d’écriture-tango, avec tangueros et tangueras

Lire la présentation ci-dessous

  • En chantier d’écriture

Les Lettres d’Elis∉

Journal de mutation

« Cabaret révolutionnaire » autour de Vladimir Maïakovski, en compagnie de Patrick Verschueren et deux autres comédien-ne-s le vendredi 20 octobre à 22h à la FACTORIE, Maison de poésie / Normandie

Sur ça – quoi ? l’éternité désirante, la reprise révolutionnaire…

Café Révolution, autour de Maïakovski

Il s’agit de dire de larges pans de « Sur ça », l’un des grands poèmes de Maïakovski. Le plus grand sans doute. Et l’un des plus beaux de l’humanité. S’il y avait une « bible » de la Littérature mondiale, un genre d’arche à réunir les grands animaux poétiques, celui-ci aurait sa place à côté des Psaumes de David, de Rimbaud, de Dante, du Cantique des cantiques, de Beckett, Novarina, Shakespeare, Whitman… en tout cas en première place de ce qu’on veut sauver du « déluge ». « Déluge », « arche », ce sont des aspects du poème qui le rattache à notre époque fatalement récapitulative, où il s’agit de sauver ce qu’on aime. Continuer la lecture de « « Cabaret révolutionnaire » autour de Vladimir Maïakovski, en compagnie de Patrick Verschueren et deux autres comédien-ne-s le vendredi 20 octobre à 22h à la FACTORIE, Maison de poésie / Normandie »

Avec DUUU radio, l’intégrale enregistrée de l’Innommable au T2G, 14-17 septembre

Lecture performance de l’intégrale de l’Innommable, de Samuel Beckett au T2G, Théâtre de Gennevilliers, Centre dramatique national, produite et diffusée par DUUU Radio, du jeudi 14 au dimanche 17 septembre, dans le cadre de l’ouverture de saison du théâtre.

« L’Innommable », une expérience avec Samuel Beckett, pour ici et maintenant

Une performance-lecture de Philippe Ripoll

Au cœur de l’opus beckettien se trouve l’Innommable, pensé explicitement comme noyau de toute l’œuvre, qui précède et suit.

L’innommable : ce qui ne peut pas être nommé et qui doit inlassablement être renommé, ainsi le pronom personnel je et son acteur principal : moi, « l’immoiable ».

Ce texte est un puissant « algorythme ». A l’époque de l’effondrement écologique, économique et symbolique de l’individualisme, ce livre reprend du service, c’est l’évidence : il décrit notre situation d’aujourd’hui, de plain-pied avec notre post-humanité, et le calme panique qui nous affecte. Il fournit le combustible dont on a besoin : une exceptionnelle concentration pour voyager à l’intérieur de la mise en abime de l’identité humaine.

En ouvrant le livre, c’est une voix, un tourbillon de voix qui se déclenche. Faire l’expérience d’une lecture-diction complète du livre pour la radio DUUU est une manière de se mettre ensemble à l’épreuve, lecteur et auditeurs, une manière peut-être de sortir de nos gonds.

Traces des jours d’enregistrement

Atelier d’écriture à l’ESPE (Université de Rouen) ouverts aux étudiants et enseignants de l’Université

Écrire, c’est regarder, écouter, lire

Dix séances d’atelier d’écriture en relation avec expositions, livres, spectacles, performances, concerts…

En référence à l’idée de Marcel Duchamp, selon laquelle c’est le regardeur qui fait le tableau – idée qui a considérablement infléchi le cours de l’histoire de l’art, l’atelier s’appuiera sur les expériences, les rencontres, les émotions esthétiques des participants. Tantôt autour d’un même objet partagé par tous les participants (une expo, un spectacle…), tantôt à partir de choix individuels.

L’atelier débouchera sur une performance-lecture en public.

 

Le lundi de 16h30 à 19h, à partir d’octobre, à l’ESPE et éventuellement dans des lieux rouennais en fonction des expos et autres objets artistiques.

Atelier d’Ecriture-Tango

de premières séances, en ballon d’essai

Tout le monde, dans notre monde, écrit. 
Tout le monde, dans notre monde, marche. 
La marche et l’écriture.
Marcher pour rien. 
Ecrire pour rien. 
Comme marcher pour aller quelque part, 
pour faire quelque chose, 
ou écrire pour faire quelque chose, 
obtenir, demander, rapporter…

Le mot qui pour vous condense le plus votre découverte 
et votre expérience du tango?

Ecriture-marche, écriture-connexion

Un atelier d’écriture-tango, d’abord adressé aux passionné-e-s du tango – qui peuvent aussi être passionné-e-s d’écriture, mais pas forcément, voire pas du tout.

L’objectif, ou plutôt l’horizon, est autant d’écrire d’une manière sensiblement renouvelée par l’expérience du tango que d’écrire pour peut-être contribuer à ce que le danseur, la danseuse travaille ses zones de singularité, une personnalité, un « style », une poésie spécifique dans sa danse, dans sa connexion avec l’autre dans la musique.

Il ne s’agira donc pas d’écrire « de beaux textes », mais d’écrire à l’intérieur même de l’expérience de la danse, pour la fouiller, la questionner, la déplacer, et si possible donc, l’enrichir.

L’atelier ne présuppose aucun pré-requis, il s’adresse à toutes et à tous, que l’on soit à l’aise avec la langue française écrite ou pas, que l’on soit à l’aise avec le tango… ou pas.

Il fonctionnera par propositions, jeux, expérimentations, dans le même esprit de confiance et de bienveillance que réclame le travail du tango.

L’idée, dans un premier temps est de proposer deux ou trois séances « uniques », autonomes les unes par rapport aux autres. Elles se dérouleront au domicile de Philippe.

Chaque séance sera ponctuée et clôturée par une pratique tango.

 

Cela fait trois ans que je m’initie au tango, un peu plus que j’écris et que j’anime des ateliers d’écriture, l’heure est venue pour moi de commencer à faire entrer dans l’atelier d’écriture l’expérience si spécifique et si unique du tango qui déjà a investi mon chantier d’écriture.