2020

vendredi 29 mai 2020

il fait froid, froid et beau

je ne serai pas là lorsque ce sera froid, je ne toucherai pas ce froid

ce sera juste un froid contigu au froid ordinaire

ce sera peut-être même chaud si l’ordinaire, l’existence ordinaire est chaude

et je ne toucherai pas ce chaud

pourquoi tant de tra la la ?

est-ce qu’il fera beau ? pas sûr mais peut-être

je ne toucherai pas le beau, c’est toi qui touchera, de près ou de loin, de très près ou de très loin

qu’est-ce donc qui nous est si près et si loin

nous savons que nous avons dansé

même si on ne savait pas que c’était ça, danser, la musique était lancée, nos yeux aussi

aux deux bouts lointains de la salle grande comme on n’imaginait pas

et maintenant c’est tout près, j’entends ta respiration dans mon oreille gauche, devant, au-delà, autour, je vois beaucoup de vide et le beau peuple qui l’habite et l’accroit très généreusement

je n’ai jamais dansé avec Mrs Dalloway ni avec VW

tout à l’heure je les inviterai et si elles acceptent, je sentirai beaucoup à l’intérieur de nos bras

à l’intérieur de l’intérieur des univers miroir qui ne sont pas miroir

parce que danser n’est pas une idée de miroir

même si nous aimons tant les grandes symétries

les horloges ne sont pas les mêmes

Londres n’est pas la même salle qu’un faubourg de Rouen

il importe vraiment de sortir de soi

et de ne jamais y revenir, en fait

sans pour autant devenir fou

parce que fou est trop de mélancolie envers soi perdu

fou, folle est celui, celle qui jamais plus ne dansera au sens d’aller avec sans savoir trop ce qui va se passer

c’est comme ça, aujourd’hui c’est plutôt une chanson

il y a comme ça quelques chansons

qui bien sûr attendent d’être invitées, par un musicos ou une musicosse

et remarquez qu’on ne sait pas ici pourquoi le Rio de la Plata

pourquoi la géopsychée

et pourquoi nous qui n’avions rien à voir, rien à faire avec le rayon de la musicologie et celui de l’histoire des danses populaires

nous faisons notre vie, toute notre vie, toute toute toute la vie

avec ça

voilà la chanson

et voilà l’album éternel qu’on s’écoute aujourd’hui

entre nous quel a été le premier geste, qui a fait le premier pas ?

nous courons mieux à présent l’un vers l’autre quand beaucoup croient devoir courir en sens inverse

tu crois que ça, c’est politique et qu’on se doit un peu envers autrui à travers temps ?

non, un couple qui danse ne pense pas autrui

ne pense pas cet autrui qui fait bouchée trop grosse qui chaque fois manque de t’étouffer

et étron trop gros, beaucoup trop gros qui te déchire le trou du cul

non

un couple qui danse pense toute une milonga

et ce n’est pas cet admirable chant solitaire de l’amour divin dans le vacarme populeux

nous allons les uns vers les autres, ça, c’est sûr, même quand on rebrousse chemin, nous allons

et c’est les uns vers les autres

nous allons, nous touchons jusqu’à plus tact comme on dit plus soif

même VW y est allée, jusqu’au fond de l’étang

où je l’attendais, je l’attendais, avec ma petite chanson

et repêchés on l’est, avec délicatesse, par  tout un peuple qui aimait, qui aimait

Voilà j’avais envie de t’envoyer ça, que dis-tu ?